LE MURMURE DES PAPILLONS 1 Juil. 2017

Théâtre Scaramuccia / Saint Jean-de-Luz - juillet 2017 / Les jeunes comédiens en scène

Crédit photo : Olivier Iglesias / Oligle.com 

 

 

 

LE MURMURE DES PAPILLONS

Comédie dramatique en trois actes

de Gianmarco Toto

 

Les personnages

 

Les garçons

Adam, Ben, Daniel,  Gabi, Igal et Lévy

Les filles

Adina, Charonna , Dana, Elina, Esther, Héna et Lila

 

ACTE 1

Scène 1

 

Une vibration sourde dont l’origine est inconnue. Un endroit sombre et sans issue apparente. Une ampoule grésille au plafond en s’allumant par intermittence. Au sol, on distingue des sortes de paillasses sommaires sous lesquelles des silhouettes endormies respirent doucement. Une table et un  vieux tabouret sont abandonnées dans un coin. L’unique ampoule suspendue grésille encore et intensifie sa lumière. 

Lina se réveille et se redresse. Elle est encore endormie. Elle se lève tout à fait et scrute l’endroit presque à tâtons.  

 

Lila 

(A elle-même.)

- Qu’est-ce que je fais là ?

 

Une voix extérieure (celle d’Elina)

- Je me posais la même question.

 

Lila

(Elle sursaute.)

Qui est là ? Montrez-vous!

 

Elina et sa sœur, Dana, surgissent lentement de l’obscurité. Dana, méfiante, reste un peu derrière Elina.

 

Dana

(Inquiète.)

Fais attention, Elina. Tu ne la connais pas. Maman a toujours dit de se méfier des inconnus.

 

Elina

(En fixant intensément Lila.)

Ne t’inquiète pas Dana. Cette fille est aussi perdue que nous.

 

Lila

Oui. Qui êtes-vous ?

 

Elina

(Elle se tourne vers Dana.)

Tu vois, sœurette, elle est comme nous. Approche, ne reste pas dans l’obscurité. Viens dans la lumière… (Puis s’adressant à Lila.) Je m’appelle Elina.

 

Lila

Moi, c’est Lila.

 

Elina

(En se tournant vers Dana.)

Et voici Dana, ma soeur. Excuse-là, elle est un peu craintive…

 

Lila

(Un frisson parcourt ces bras.)

Et qui ne le serait pas dans un endroit pareil… 

 

Un silence. Les trois filles regardent autour d’elle.

 

Dana

(Elle s’accroche au bras d’Elina.)

Je veux sortir, Elina. J’ai peur…

 

Elina

(En l’entourant de ses bras.)

Ne t’inquiète pas, petit sœur. Je suis là et puis, regarde, nous avons trouvé une nouvelle amie…

 

Dana

(Toujours blottie dans les bras de sa soeur.)

Il y en a d’autres. Il y a plein de personnes, ici. 

 

Comme pour confirmer les propos de Dana, une plainte se fait entendre sous une couverture où une silhouette se dresse. Plus loin, une autre encore apparaît et deux autres entrent en titubant. 

Lila 

(A Elina.)

Ta soeur est peut-être craintive mais elle a l’ouïe fine. 

 

Dana

Ce sont les respirations… J’entends toujours les respirations quand il fait noir… 

 

Elles sont plusieurs filles à présent qui arpentent l’endroit. L’ampoule au plafond grésille. La lumière vacille puis s’éteint tout à fait. 

 

 

Scène 2

 

Des bruits, des vibrations, des voix, des murmures qui viennent de l’extérieur. L’ampoule grésille. La lumière vacille, Lila et Elina se sont rapprochées des autres filles. Dana colle son oreille d’un mur à l’autre. Esther est restée un peu à l’écart.

 

Charonna

Depuis que nous nous sommes réveillées ici, on entend que ça…

 

Lila

C’est quoi ?

 

Héna

J’en sais rien mais ce n’est surement pas la voix des anges…

 

Charonna

Si c’est ça le paradis, on nous a raconté des mensonges. 

 

Elina

Aucune d’entre vous n’a aperçu quoi que ce soit ? 

 

Héna

Demande à Esther. C’est elle qui nous a réveillé.

 

Lila

(Elle s’adresse à Esther qui est restée à l’écart depuis tout ce temps.)

C’est toi Esther ? (Pour toute réponse, Esther se contente de hocher la tête.) Tu as vu quelque chose ?

 

Esther

(Un peu sèche.)

Je n’ai rien vu. J’ai entendu. Comme vous. Qu’est-ce que tu veux voir, ici ? On n’y voit rien…

 

Dana

(Une oreille collée au mur.)

Moi, j’entends plein de choses ! Ça vient de là ! (Elle court vers un autre mur et y colle à nouveau une oreille.) Et de là aussi ! 

 

Elina

(Avec une certaine lassitude.)

Dana, arrête de t’agiter ! Il faut garder des forces !

 

Dana continue de sonder les murs sans tenir compte de l’avis de sa sœur.

 

Charonna

Tu t’occupes bien de ta soeur… Moi, j’ai un frère… (Avec un sourire.) Il m’agace aussi, parfois… (Son regard se perd ailleurs.) Je ne sais même pas où il se trouve à présent. D’ailleurs, je ne sais même pas ce que je fais ici. 

 

Lila

Aucune d’entre vous ne se souvient comment elle est arrivée là ?

 

Héna

Pourquoi ? Tu t’en souviens, toi ?

 

Lila

Je me souviens, de mon nom, de ma famille, de qui je suis mais de rien d’autre.

 

Héna 

Comme pour moi. C’est le brouillard. Et pourtant, tous ces bruits qu’on entend, ça me rappelle quelque chose…

 

Elina

Oui. J’ai la même sensation. Je n’arrive pas à mettre un visage ou une image dessus…

 

Dana recule d’un mur qu’elle fixe avec frayeur en le désignant du doigt.

 

Lila

(A Elina.)

Regarde ta sœur. Je crois qu’elle a encore senti quelque chose.

 

Dana

(Revenant vers Elina.) 

Là, il y a encore des bruits… Des voix… 

 

Charonna

Des voix ? Tu entends des voix ?

 

Toutes les filles se sont rassemblées près du mur.

 

Héna

Elle a raison, il y a des voix qui viennent de là derrière… Ecartez-vous ! Ecartez-vous ! Ça se rapproche !

 

Des murmures plus soutenus, des plaintes plus précises se font entendre. Les filles reculent en ne quittant plus le mur des yeux. 

 

 

Scène 3

 

La vibration s’intensifie encore. La lumière vacille. L’ampoule grésille. Brève obscurité. L’endroit s’éclaire tout à fait sur l’entrée de garçons qui se figent devant les filles.

 

Adam 

On était dans la pièce à côté… On cherchait un moyen de sortir et…

 

Adina

(Elle s’avance sans crainte vers le groupe des garçons.)

Personne ne peut sortir d’ici. Il n’y a aucune issue. Nous avons cherché aussi. (Un silence.) Je m’appelle Adina et là c’est Lila, Charonna, Esther, Héna, Mélina et Dana, sa soeur. C’est elle qui a senti votre présence. Elle a une oreille très sensible.

 

Gaby

(A Lévy.)

Tu vois, Lévy, mon frère… Deux soeurs. Tout n’est pas perdu…

 

Lévy

(En poussant un peu Gaby tout en s’adressant aux filles.)

N’écoutez pas mon frangin. Gaby, aime bien me taquiner parfois. 

 

Gaby

(Joignant le geste à la parole.)

Encore heureux ! Et à quoi servirait un grand frère sinon ? A te mettre des gifles sur la tête toute la sainte journée ?

 

Les filles rient un peu. 

 

Dana

(A l’oreille d’Elina et en montrant du doigt Gaby.)

Lui, il est drôle.

 

Elina

(Même jeu.)

J’ai vu ça mais ne montre pas du doigt comme ça. C’est pas poli.

 

Lila

Et vous étiez enfermés là, à côté ?

 

Daniel

Comme vous. 

 

Lila

Vous n’avez vu personne d’autre ?

 

Igal

(Qui s’était mis à l’écart depuis un moment.)

Et tu veux voir qui, ici ? Il n’y a rien à voir, ici. Des murs et des portes qui donnent sur d’autres murs et encore des portes… (Il se détourne en croisant les bras.) Foutaises…

 

Lévy

(Discrètement à Elina et Dana.)

Lui, c’est Igal. Je le connais pas bien mais c’est une sacrée tête de mule et un gros râleur…

 

Dana

(En désignant Lévy du doigt.)

Lui, par contre, il est méchant… Fait peur à voir…

 

Elina

(Un peu gênée.)

Dana ! Veux-tu te taire. On ne parle pas comme ça des personnes qu’on ne connaît pas.

 

Lévy

(Bas à Elina, avec un sourire superbe.)

Laisse. Elle n’a pas tort. Igal n’a pas été très bavard jusqu’à présent et quand il l’ouvre c’est pour pester et se plaindre.

 

Ben

(Qui inspectait les lieux depuis un moment tout en suivant les conversations.)

Adam, t’as remarqué ? Cette pièce est identique à la notre à côté…

 

Adam

Ouais, j’avais remarqué…

 

Charonna

Mais vous savez quelque chose sur cet endroit ?

 

Adam

Pas plus que vous j’ai l’impression.

 

Daniel

On ne sait même pas comment on est arrivé ici, alors…

 

Igal

(Sur un ton peu sec.)

Dis plutôt qu’on a complètement perdu la mémoire, c’est plus simple.

 

Ben

On n’a pas tout oublié puisqu’on se souvient de nos prénoms, de nos familles, de là où on habite,…

 

Igal

Ah, oui ? Et à quand remonte votre dernier souvenir ? Vous pouvez le dire, vous ? Hier ? Avant hier ? Il y six mois ? 

 

Esther

Les images que j’ai dans la tête, j’ai l’impression qu’elles sont très loin, quand j’étais petite ou quelque chose comme ça… C’est pas très clair…

 

Daniel

J’ai la même sensation. Vous croyez qu’on est prisonniers, ici ?

 

Un silence s’installe entre les jeunes gens. Soudain les bruits et les vibrations reprennent.

Héna

Ces bruits là… Encore… Ils n’ont jamais cessé jusqu’à présent.

 

Adina

Ils reviennent sans arrêt et j’ai l’impression qu’ils sont de plus en plus forts. 

 

Héna

Ca veut dire que nous ne sommes pas seuls. Ce boucan vient d’autres personnes qui sont là aussi, coincées dans d’autres pièces à côté…

 

Igal

(Très sombre.)

Comme nous… Ou peut être contre nous… Ceux qui nous ont enfermé ici… Des gardiens… Une prison… L’enfer… Des démon chargés de nous torturer pour l’éternité… 

 

Dana

(Furieuse contre Igal.)

Tais-toi. Tu ne sait dire que de vilaines choses. Des choses qui font peur, des choses qui nous serrent le cœur et qui nous font mal au ventre.

 

Igal

(Doucement.)

Oui, c’est la peur, petite, seulement la peur. Parce qu’il n’y a rien dans nos têtes. La mémoire nous a abandonné. Et quand elle te laisse, seul avec un grand trou dans ton cerveau, c’est la peur qui vient y faire son nid comme un grand oiseau noir. Et tu ne peux rien contre ça… 

 

Daniel

Igal, vas-y doucement, je te prie. Elle est encore petite. Elle ne peut pas comprendre…

 

La vibration s’intensifie jusqu’à devenir assourdissante. La lumière de l’ampoule vacille et palpite. Les jeunes gens protègent leurs oreilles de leurs mains. Dana crie et pleure à la fois. Soudain c’est l’obscurité totale.

 

 

Acte 2

Scène 1

 

Des bruits dans le noir. L’ampoule grésille, la lumière palpite puis éclaire à nouveau l’endroit. Filles et garçons se sont réfugiés dans les coins de la pièce. Leurs visages blêmes et figés se distinguent plus que tout au-dessus des couvertures sous lesquelles ils se sont réfugiés. Un plateau a été disposé sur le vieux tabouret sous l’ampoule qui se balance. Les jeunes gens ont remarqué ce détail et avancent lentement vers l’objet. Charonna se saisit d’une enveloppe posée dessus et l’ouvre. Elle en sort un papier qu’elle déplie avec précaution puis elle se met à lire à haute voix.

 

Charonna

« 13 allumettes, 13 cartons, 13 crayons, 13 filles et garçons. Il est 13 heures 13 minutes. Combien de papillons ? »

 

Lila

Qu’est-ce ça veut dire ?

 

Esther

Ca ressemble à une énigme.

 

Lila

Mais ça veut dire quoi ?

 

Igal

Ca veut dire que quelqu’un s’amuse avec nos nerfs, quelqu’un veut nous terrifier ou nous torturer. Vous n’écoutez pas ce qu’on vous dit ?

 

Adam

(Avec fermeté.)

Igal, c’est pas le moment de fiche la trouille à tout le monde.

 

Igal

C’est déjà fait. Tout le monde a la trouille.

 

Adam

Et bien n’en rajoute pas…

 

Dana

(Soudain.)

Je sais. Regardez, là ! (Elle soulève un vieux bout de tissus qui pend sur le mur et dévoile un dessin d’enfant qui représente un papillon.) Je l’avais remarqué tout à l’heure quand on cherchait à sortir d’ici.

 

Adina

Il y en a partout. Sur tous les murs.

 

Daniel

Et ça veut dire quoi, 13 crayons, 13 cartons et tout le reste ?

 

Gaby

Réfléchis. Nous sommes treize et sur le plateau il y a treize crayons et treize cartons, justement. 

 

Levy

C’est écris aussi « Il est 13 heures 13 minutes… » ça veut dire quoi ?

 

Charonna

J’ai compris. 13 minutes en partant de 13 !

 

Elina

On n’est pas plus avancé, je crois.

 

Ben

On a 13 minutes pour dessiner chacun un papillon sur un carton avec notre crayon ? C’est à ça que tu penses ?

 

Héna

(Inquiète.)

Et comment tu sais que c’est ça ? Et si tu te trompais ? Qu’est-ce qui va arriver si c’est pas ça ? Et les treize allumettes, elles servent à quoi ?

 

Soudain, la lumière vacille, l’ampoule grésille et l’obscurité se fait totale. On entend distinctement le tic-tac d’une horloge.

 

Adina

Je crois que tu as la réponse que tu attendais, Héna. Vite, ne perdons pas de temps, nous n’avons que treize minutes pour trouver les papillons dessinés sur les murs.

 

Daniel

Mettez-vous par deux et prenez chacun une allumette, un carton et un crayon. Il faut s’organiser. Pendant que l’un tient une allumette l’autre dessine son papillon sur le carton. Allez, on bouge…

 

Igal

C’est n’importe quoi ! Ca va nous mener où tout ça ?

 

Daniel

(Il pose une main apaisante sur l’épaule d’Igal.)

Igal, s’il te plaît. C’est pas le moment.

 

Chacun prend le nécessaire et en petits groupes se dispersent dans le lieu avec énergie. On entend de temps à autre une exclamation : « Ici, un papillon ! » ou « Là, il y en a un ! » ou « Ici, aussi ! » Ou bien « Ne trainez pas, faut faire vite ! »

Une fois les dessins terminés, les jeunes gens posent leurs cartons sur le plateau. Lorsque la flamme de la dernière allumette vacille et s’éteint, l’obscurité est totale. Une vibration, des bruits, du mouvement, puis l’ampoule grésille, la lumière palpite et revient tout à fait. Sur le tabouret, le plateau a disparu. A la place, une petite boîte y est déposée.

 

Scène 2

 

Adam

Tout le monde est là ? Q’est-ce qu’il s’est passé ? 

 

Lila

Regarde ! Sur le tabouret… 

 

Dana s’approche et pose la main sur la boîte. 

 

Elina

(En retenant la main de Dana.)

Dana, non ! N’y touche pas !

 

Dana

Mais pourquoi ? C’est une autre énigme, tu crois ?

 

Elina

J’en sais rien. On ne sait pas ce qu’il y a dedans. Il vaut mieux être prudent. 

 

Dans un coin, Esther est tétanisée par la peur et a du mal à respirer. 

 

Adina

-Regardez Esther. Je crois qu’elle ne va pas bien. (En s’approchant d’Esther.) Esther ?

 

Héna

(Elle s’est rapproché d’Esther et l’a prise dans ses bras.)

Elle tremble de panique. Calme-toi, Esther. Tu vois, on est tous là. Tout va bien.

 

Adam

Quelqu’un a vu quelque chose ? 

 

Ben

Il y a eu du bruit. J’ai senti du mouvement mais j’ai rien vu.

 

Adam

(En se tournant vers Gaby et Lévy.)

Et vous les garçons ? 

 

Gaby

Rien du tout. Faisait trop noir.

 

Lévy

(En se frottant le crâne.)

J’ai tellement eut peur que je crois que j’ai vu le mur d’un peu trop prêt.

 

Gaby

(Avec un sourire taquin.)

Ah, c’est ça, ce bruit creux que j’ai entendu ?

 

Lévy

(Avec une grimace.)

Gnan, gnan, nan ! Très drôle, frangin.

 

Igal

(En s’adressant violemment à Esther qu’il dévisageait depuis un moment.)

Elle ! Elle a vu quelque chose. C’est sûr !

 

Charonna

Laisse-la tranquille, Igal. Elle ne va pas bien. Elle est sous le choc.

 

Igal

Justement. Pourquoi elle est comme ça ?

 

Charonna

Elle a eu peur, je te dis. C’est tout. 

 

Igal

(Sur un ton sec à Esther.)

Pourquoi tu dis rien ? Dis-Nous ce que tu as vu ! Dis-le nous…

 

Esther

Laisse-moi ! J’ai rien vu !

 

Héna

(A Igal.)

T’as compris ? Fiche-lui la paix. Elle te dit qu’elle n’a rien vu.

 

Héna fixe Igal sévèrement du regard. Igal recule. Un silence pesant.

 

Esther

J’ai froid. Il fait froid… 

 

Adina

Elle tremble de partout. (En lui posant une couverture sur les épaules.) Tiens, Esther, ça va te réchauffer.

 

Lila

(Elle ouvre la boîte.)

Il y un morceau de bougie et une allumette aussi. Il y a un autre message.

 

Adam

- Ca dit quoi ?

 

Lila

(Elle lit à voix haute.)

« Félicitations. Vous avez résolu la première épreuve avec succès. Si vous passez la suivante, la lumière restera sinon l’obscurité vous avalera… »

 

Sur ces mots, la lumière vacille, l’ampoule grésille et s’éteint.

 

Adam

C’est pas vrai. Ca ne va pas recommencer… Attendez, j’allume la bougie… (Il allume la bougie puis revient vers Lila.) Lis la suite pour voir…

 

Dana

Ca veut dire quoi, Elina ? Qu’ils vont couper la lumière pour toujours ?

 

Elina

Je ne sais pas, petite soeur. Ecoutons Lila…

 

Lila

(Avec application.)

Ça dit : « A lire et écouter avec attention. Un prisonnier et son gardien sont assis dans une cellule avec une chaise, une table, une bougie et un poignard. Qu’est-ce qui font seuls dans cette cellule ? »

 

Daniel

Ils sont vraiment tordus. Comment veux-tu savoir ce qu’ils font ? Le prisonnier prend le poignard et menace le gardien ? Ca paraît logique, non ?

 

Adam

Ou l’inverse…

 

Un silence pesant. Les enfants se dévisagent sans prononcer un mot.

 

Charonna

Comment savoir qu’elle est la bonne réponse ? Il y a plusieurs solutions possibles… 

 

Lila

En plus, ils n’ont pas l’air d’être très forts en orthographe. Il y a une grosse faute.

 

Igal

(En arrachant brusquement le papier des mains de Lila.)

Montre-moi ça !

 

Adam

(A Igal.)

Hé, doucement avec tes gestes…

 

Ben

(Irrité en s’approchant d’Igal.)

Lui, il va apprendre à se calmer, sinon…

 

Charonna

Ca va les garçons. On ne va pas commencer à se disputer. 

 

Ben

C’est lui qui a commencé.

 

Igal

(Sèchement, en adressant un geste de la main à Ben.)

Boucle-la, toi ! Je réfléchis.

 

Ben

Ah, ouais ? Tu as trouvé la solution, peut être ?

 

Igal

Tu ne crois pas si bien dire. L’énigme commence par : « A lire et écouter avec attention… ». Et la faute d’orthographe n’est pas là par hasard : « Qu’est-ce qui fond ? », avec « qui » écris au lieu de « qu’ils » et « fond » qui se termine par un « d » au lieu d’un « t »…

 

Ben

Et alors ? T’es fort en orthographe. Ça ne prouve rien.

 

Igal

Réfléchis, tête de piaf. Qu’est-ce qui fond avec un « d » ? Du verbe « fondre »…

 

Lila

La bougie ?

 

Igal tend le papier à Lila en regardant Ben d’un air méprisant. 

 

Adam

C’est la bougie, mais oui ! Il faut laisser fondre la bougie ! 

 

Le groupe s’attroupe lentement autour de la bougie dont la flamme vacille doucement. Igal reste à l’écart. 

 

 

Scène 3

 

La bougie se consume lentement. Les enfants sont concentrés et ne la quittent pas du regard. Un grand silence.

 

Lévy

C’est long. Je ne savais pas qu’une bougie mettaient autant de temps à se consumer. 

 

Gaby

Patience, frangin. On est presque au bout.

 

Lévy

Et si la lumière revient pas quand la bougie sera éteinte, qu’est-ce qu’on va faire ?

 

Gaby

Jusqu’à présent ils font ce qu’ils disent.

 

Lévy

Oui, mais s’ils en décidaient autrement et nous laissaient dans le noir ?

 

Gaby

Lévy, tu fais quoi, là ? Tu vois pas que tout le monde a peur ?

 

Lévy

(Il réalise que les autres le dévisagent avec inquietude.)

Désolé, je ne voulais pas vous effrayer.

 

Gaby

Excusez mon frère, il a un petit côté « chochotte » qui peut agacer parfois.

 

Lévy

(Piqué.)

Chochotte ? Non mais dis-donc, je ne te permet pas…

 

Dana

Ca y est, la bougie va s’éteindre !

 

Un silence où les dernières lueurs de la chandelle font trembler les visages des enfants qui retiennent leurs souffles puis c’est le noir. Vibration. Bruits. Des cris. Une lutte. L’ampoule grésille et palpite. La lumière vacille puis revient tout à fait. 

 

Adam

Qu’est-ce qui s’est passé ? C’était quoi tout ce bruit ?

 

Lila

Tout le monde va bien ? 

 

Dana

Elina ? Où est ma soeur ? Où est Elina ?

 

Daniel

Elina ? T’es où ?

 

Ben

Elle est peut être dans notre cellule à côté. Je vais voir… (Il sort.)

 

Court instant de panique ou chacun appelle Elina.

 

 Dana

(Inquiète.)

Elle est où ? Je veux voir Elina, je veux la voir !

 

Esther

(En prenant Dana dans ses bras.)

Calme-toi, ma chérie. C’est rien. On va la retrouver. Ne t’inquiète pas.

 

Ben revient avec un papier dans les mains. Le groupe cesse les recherches et se tourne vers le garçon. Un silence.

 

Charonna

Tu l’as trouvé ? Tu as trouvé Elina ?

 

Ben se contente de faire « non » de la tête sans prononcer un mot.

 

Lila

C’est quoi, ça, Ben. Où est Elina ?

 

Ben

(Abattu.)

Je ne sais pas. J’ai trouvé ça à la place. C’était là, au milieu de la pièce avec le foulard d’Elina épinglé dessus.

 

Lila

(En saisissant le papier puis le parcourant fébrilement.)

C’est un dessin… Une énigme… C’est le dessin d’une personne attachée à une chaise… (Elle a un soudain vertige.)

 

Adam

(Il retient Lila avant qu’elle ne chute, saisit le papier pour le parcourir du regard et le lire à haute voix.)

« Un élève est en retard. Le professeur marque son nom au tableau et attend que l'élève rentre en laissant la porte ouverte. L'enfant ouvre la bouche pour s'excuser, mais le prof l'en empêche en hurlant : "Ferme-la et barre-toi ! ». Que fait l’élève ?

 

Héna

(En se saisissant du papier.)

Qu’est-ce ça veut dire ? Quel rapport avec Elina ? (Elle se saisit du papier à son tour et blêmit en le lisant.)

 

Adina

(Qui s’était rapprochée d’héla pour voir le papier à son tour.)

Oh, seigneur, c’est une représentation d’Elina. Ils la retiennent prisonnière et nous ordonnent de trouver la solution à l’énigme si on veut la revoir.

 

Dana

(En larmes.)

Elina… Je veux voir ma soeur…

 

Esther

(En serrant toujours Dana dans ses bras.)

Ne t’inquiète pas. On va la retrouver. 

 

Adam

Ils nous prennent pour des idiots. Cette énigme est encore plus simple que les autres. « Ferme-la et barre-toi… ». Ce que demande le professeur à l’élève est de fermer la porte et de barrer son nom qu’il a écrit au tableau et non pas ce qu’on pourrait penser en premier. Ils jouent sur les fausses évidences. Ils essaient de nous perdre. 

 

Igal

(A bout de nerf, il hurle à la cantonade.)

Vous entendez ? On a trouvé la solution alors rendez-nous Elina ! Bande de salauds ! Laissez-nous sortir !

 

Charonna

Arrête, Igal, ça ne sert à rien. 

 

Igal

(Furieux.)

Qu’est-ce qu’ils veulent , qu’est-ce qu’ils attendent de nous ?

 

Sans un mot, Adam déchire le papier qu’il tenait entre ses mains.

 

Charonna

Adam, qu’est-ce que tu fais ? 

 

Adam

Ce que demande l’énigme, je raye le nom de l’élève.

 

Au même moment, l’ampoule grésille, la lumière vacille et l’obscurité est de nouveau totale. Bruits. Vibration. La lumière revient. Elina est de retour. Elle est assise sur une chaise au centre de l’endroit.

 

Dana

(En se jetant dans les bras d’Elina.)

Elina ! Où tu étais ? Pourquoi, tu es partie ?

 

Lila

(En s’approchant doucement d’Elina dont le regard est absent.)

Elina ? Ca va ? Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Tu as vu quelque chose ?

 

Adina

Attend ! Laisse-la respirer un peu. Elina ? Elina, tu m’entends ?

 

Héna

Elle est choquée. Elle a froid. Elle tremble. Faut la réchauffer.

 

Héna saisit une couverture et la pose délicatement sur les épaules d’Elina. Les jeunes gens l’entourent doucement.

 

Daniel

Vous croyez qu’elle a vu quelque chose ?

 

Gaby

Moi, je crois qu’elle a eu très peur.

 

Daniel

(Doucement.)

Elina ? Tu les as vu ? Tu as vu quelque chose ?

 

Elina

(Après une respiration profonde.)

L’obscurité. Il n’y a que l’obscurité. Des mains. Des mains m’ont attrapé et m’ont attaché sur cette chaise. Je vous entendais presque. Juste à côté. 

 

Lévy

Il y a une autre pièce à côté, c’est certain. Elle ne devait pas être loin pour disparaître et réapparaître aussi vite. Je ne vois pas d’autre solution.

 

Lila

Qu’est-ce qu’on fait, là ? Pourquoi on ne se souvient pas ? Qu’est-ce qu’ils nous veulent ?

 

Elina

Des murmures… Des papillons sur tous les murs… Des murmures… De la fumée… Du monde, beaucoup de monde… Entassés… Ils nous poussent… Pas de place… Il n’y a pas assez de place pour tout le monde…

 

Lila

Qu’est-ce qu’elle raconte ? 

 

Dans un coin, Esther se mord la main pour ne pas hurler.

 

POUR CONNAÎTRE LA FIN DE CE TEXTE, VEUILLEZ ENTRER EN CONTACT AVEC L'AUTEUR

Cette oeuvre est protégée par les lois en vigueur sur le droits d'auteur et déposée à la S.A.C.D (Paris)

Toute reproduction ou représentation interdite sans l'avis de l'auteur.

 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies à des fins d'analyses et de statistiques

OK